Volcans d'Auvergne

Symboles arvernes

Composante de l’identité de l’Auvergne : les volcans. Arrondis ou égueulés, chauves ou boisés, ils sont le symbole de la région arverne, témoins de la lutte titanesque que la pierre et le feu se sont livrés ici durant des millions d’années.

Une image forte de l'Auvergne est assurément celle de ses paysages façonnés par les anciens volcans, certes assoupis, mais pour combien de temps ? Volcans de la chaîne des Puys, emboîtés, arrondis ou égueulés, chauves ou boisés, montagnes escarpées du Cantal et des monts Dore, hauts plateaux herbeux du Cézallier et de l'Aubrac, sucs du Velay, sont tous les témoins de la lutte titanesque que la pierre et le feu se sont livrés ici durant des millions d'années.

Partie Nord de la chaîne des puys depuis les pentes du Pariou

Dans les monts Dôme, les monts Dore et les monts du Cantal, on respire l'air salubre des hautes altitudes, qu'Henri Pourrat qualifiait comme " la liberté du vent ". Scènes de la vie pastorale ou forestière, vues panoramiques, bois, pâturages et cascades, c'est leur diversité et leur largeur de vue qui donnent à ces massifs un attrait incontestable. Du haut du puy de Dôme, du Sancy, du puy Mary, du puy Griou ou du Plomb du Cantal, toute l'Auvergne se déploie sous le regard. Délaissant les hautes terres d'estive, la population s'est regroupée dans les vallées. Les seules villes importantes sont des marchés agricoles situées à la limite de la plaine et de la montagne. Les plus caractéristiques en sont Besse, Brioude, Saint-Flour, Riom-ès-Montagnes, Salers...

Les chaînes des Pyrénées et des Alpes surgissent, ébranlant fortement le socle du Massif Central, dont le centre se lézarde et se disloque. A la faveur des fissures, la magma interne en fusion, jaillit et des volcans s'édifient. Naissent alors les grandioses et majestueux complexes volcaniques du Cantal ( entre 13 et 2,8 millions d'années ) et des monts Dore ( entre 6 millions d'années et 250.000 ans ) dont les coulées de lave s'étendent sur le Cézallier et l’Aubrac, puis les volcans de la Comté, dont les épointements surgissent, çà et là, dans la plaine de la Limagne. La chaine des puys apparaît quant à elle, il y a deux millions d'années. Elle est remarquable tant par sa diversité et la fraîcheur de ses formes que par le nombre de ses volcans. On compte en effet, pas moins de 80 volcans dans la chaîne des Puys dont les plus récents ont moins de 5.000 ans. Les dernières éruptions qui ont lieu simultanément dans les différents points des monts Dore, du Cézallier et de la chaîne des Puys, ne dateraient que de 3.000 à 4.000 ans. 

L'atmosphère du globe subit un refroidissement général entre 75.000 et 10.000 ans avant JC. Les régions d'Auvergne les plus élevées et les plus exposées aux vents d'Ouest humides, les monts Dore, l'Artense et le Cantal, sont recouverts à plusieurs reprises par les glaciers. Par leur masse qui se déplace lentement, ceux-ci rabotent les plateaux, élargissent les vallées et, redressant les versants, modèlent de façon originale les cirques de montagne, comme celui de Mandailles dans le Cantal, de la Fontaine Salée ou de Chaudefour dans le massif du Sancy. Ils laissent leur empreinte sur le pays : buttes rocheuses, surfaces moutonnées et striées, tourbières. En creusant de larges cuvettes, ils donnent naissance à des lacs, comme le lac de la Crégut dans l'Artense, très différent des lacs de volcans.

Dès le Moyen-âge, sans comprendre qu'il s'agissait véritablement de volcans, l'homme utilise la lave refroidie extraite des carrières de la Nugère, prés de Volvic et la transporte en de longs et pénibles convois jusqu'au chantier des cathédrales de Clermont-Ferrand. Il capte les eaux de sources cachées sous les anciennes coulées et c'est ainsi que naissent les stations thermales dont l'Auvergne est si prodigue. Ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle que les volcans de la chaîne des Puys sont clairement identifiés comme tels, en 1751, par un certain Guettard qui a reconnu l'origine de la lave dans les maisons de Moulins et de Riom.

La plupart des lacs sont nés de l'action des volcans. Ils occupent souvent d'anciens cratères d'effondrement de type “ maar ”, qui ont été formés par des explosions d'une très rare violence et se présentent quasiment tous de la même façon : formant un ovale régulier, ils sont entourés de versants aux pentes accentuées et remplis d'eaux d'un bleu profond, très froides. Attirants et fascinants, ils ont souvent donné lieu à des légendes de villes englouties et de forces obscures. D'autres lacs d'Auvergne sont nés du barrage d'une vallée par une coulée de lave. Moins profonds que leurs cousins des montagnes, ils sont peu à peu comblés par des algues, des sables et des galets et se transforment en tourbières. C'est actuellement le cas du lac de la Godivelle, inexorablement envahi par les herbes qui l'environnent.

Mais, quels que soient leurs âges, leurs formes ou leurs caractéristiques, les volcans de cette terre ont tous un point commun : ils sont les fleurons et les symboles de l'Auvergne.
Ce blog a été créé le 19 Octobre 2013 et mis à jour le 16 Avril 2014 - 155 posts
Crédits photos, films et articles : Gérard Charbonnel © 2006 - 2014